Le fil, les aiguilles et les peintres

Ils sont nombreux à avoir saisi ces instants de vie, doux moments de solitude, de re-connexion à soi face au travail du fil, de l'aiguille, tendres moments de transmission d'un savoir-faire ancestral. Chacun a imprimé sa toile d'émotions multiples à l'image de la dentellière, de la brodeuse qui à travers les points qu'elle crée marque sa création de ses émotions du moment.
Deux soeurs en salle de couture, entre réalisme et impressionisme

Peint en 1853 la fileuse endormie, est la deuxième sœur de l'artiste, la tendre et modeste Zélie. Elle ne ressemble plus au portrait de jeune fille aux cheveux couverts de feuillages que son frère a peint quelques années plus tôt. Ses traits se sont épaissis, sa taille alourdie, seules ses mains restent fines. La fileuse apparaît de prime abord comme une scène de la vie quotidienne. Le sommeil est un thème que Courbet a traité abondamment; sa "liseuse endormie" est très proche dans...

Lecture du tableau de Jean François Millet, la leçon de couture: une belle leçon de transmission

Transmission de savoir entre une grand-mère et sa petite-fille, entrer dans un moment d'intimité


Attentive à son travail, cette jeune femme ne fait qu'un avec sa réalisation.

1868-1869 Jean François Millet saisit une scène de campagne avec cette chevrière occupée à filer la laine en gardant ses chèvres. Un visage enfantin mais assuré